Le Mot du Maire

L'idée d'une fusion entre communes était présente à mon esprit bien avant la parution de la loi de 2010. On en parlait parfois entre maires : se disant que mutualiser les moyens humains et matériels pourrait apporter une qualité de services et surtout de gestion de nos communes bien plus efficace. Mais, le mariage est sensé nous engager pour longtemps, alors il était bien naturel d'y réfléchir sérieusement. Et puis sans doute, étions-nous trop « jeunes » entendez par là, pas assez mûrs pour franchir le pas. Sans ironie, l'Etat nous a un peu aidés, poussés même, avec la baisse des dotations, pour nous lancer dans cette grande aventure. Je dis grande, car neuf maires et donc neuf communes qui se réunissent autour d'une table pour discuter sérieusement de ce qui peut être fait dans le cadre de la réforme des collectivités, c'est déjà un grand pas. Très vite, nous nous rendons compte que l'idée directrice, c'est garder une qualité de vie et de service pour les habitants du territoire. Lorsque les pensées se rejoignent, la bonne volonté se met en marche, et c'est plein d'espoir que je vois se profiler la future commune nouvelle. Cette décision est une lourde responsabilité qui pèse sur les épaules de chacun d'entre-nous, élus du territoire. Je souhaite qu'elle soit comprise de la population pour qu'ainsi, les générations à venir ne puissent nous faire le reproche de n'avoir pas su prendre la bonne décision au bon moment. Je vous souhaite à toutes et à tous un bel été ensoleillé, des moments de détente et de convivialité. Alain AUBERT


Histoire

Siège d'une importante baronnie normande, la fondation de la cité remonte au Moyen Âge. Dans la première moitié du XIe siècle, on trouve un certain Thorsten Haldup (ou Turstin Haloup) dit « Richard », seigneur de La Haye-du-Puits et fondateur avec sa femme Emma de l'abbaye de Lessay près de Coutances. L'histoire de la commune fut notamment marquée par le terrible procès en sorcellerie, dernier du genre, qui commence en 1669 et qui mettait en cause l'abbé Questier, Charlotte Le Vavasseur (sa belle-sœur) et Richard Baude (un berger athée). Trente-quatre autres personnes seront également impliquées, reconnues coupables et condamnées au bûcher. Ce procès des sorciers de La Haye-du-Puits fit alors grand bruit et Colbert demande à Louis XIV de surseoir aux exécutions. Le roi commua les peines en bannissements de la province (19 juillet 1670). L'ordre arriva à Carentan le jour même où les condamnés à mort allaient subir leur dernier supplice, mais l'abbé Questier s'était éteint la veille au fond de sa cellule. Devenue folle, Charlotte Le Vavasseur fut recueillie par le maréchal de Bellefonds au château de l'Isle-Marie.

Météo / Marée


Météo Horaires des marées