Le Mot du Maire

L’année 2014 aura été une année particulière avec le renouvellement de l’équipe municipale et la loi de réforme des collectivités territoriales régissant la création de communes nouvelles. Vous connaissez le dicton « il y a plus de choses dans deux têtes que dans une »? Je n'en doute pas un instant. Avec les dotations de l'Etat en diminution, les années à venir vont être difficiles financièrement si nous ne réagissons pas très vite. C'est ainsi que plusieurs communes du territoire communautaire ont entamé une réflexion sur la possibilité de se regrouper en commune nouvelle. « La ville n'est pas une simple agglomération d'hommes et d'équipements, c'est un état d'esprit », écrivait Robert Park. C'est pourquoi nous souhaitons avant tout, garder le bien vivre ensemble, la solidarité, la qualité du lien social qui se tisse quotidiennement, la convivialité, la proximité, et cette appartenance qui fait que chaque citoyen se sent véritablement un habitant du territoire. Vous serez régulièrement tenus informés de l’évolution de cet important dossier par la presse et lors de réunions publiques. Je vous présente à toutes et à tous mes vœux de santé et de bonheur, pour vous-mêmes et vos familles.


Histoire

Siège d'une importante baronnie normande, la fondation de la cité remonte au Moyen Âge. Dans la première moitié du XIe siècle, on trouve un certain Thorsten Haldup (ou Turstin Haloup) dit « Richard », seigneur de La Haye-du-Puits et fondateur avec sa femme Emma de l'abbaye de Lessay près de Coutances. L'histoire de la commune fut notamment marquée par le terrible procès en sorcellerie, dernier du genre, qui commence en 1669 et qui mettait en cause l'abbé Questier, Charlotte Le Vavasseur (sa belle-sœur) et Richard Baude (un berger athée). Trente-quatre autres personnes seront également impliquées, reconnues coupables et condamnées au bûcher. Ce procès des sorciers de La Haye-du-Puits fit alors grand bruit et Colbert demande à Louis XIV de surseoir aux exécutions. Le roi commua les peines en bannissements de la province (19 juillet 1670). L'ordre arriva à Carentan le jour même où les condamnés à mort allaient subir leur dernier supplice, mais l'abbé Questier s'était éteint la veille au fond de sa cellule. Devenue folle, Charlotte Le Vavasseur fut recueillie par le maréchal de Bellefonds au château de l'Isle-Marie.

Météo / Marée


Météo Horaires des marées